Manuel Cargaleiro

Manuel Cargaleiro, peintre portugais, est né en 1927 à Portogallo (Portugal). Très tôt, il travaille dans le domaine de la céramique, puis de la peinture. Cargaleiro apprend en autodidacte. Il réalise des carreaux de faïence, l’Azulejo, dont il deviendra le véritable maître ; cet art, qui a toute son importance aujourd’hui encore au Portugal, avait été apporté par les Arabes dans la péninsule ibérique.
Manuel Cargaleiro réalise, à partir du début des années 50, de grandes compositions murales. Il vient s’installer en France en 1957, pays qui devient sa seconde patrie. Il est influencé par les artistes de l’Ecole de Paris, fait évoluer son art auprès de l’avant-garde parisienne (Delaunay, Ernst, Vasarely, Klee, etc.). Son art se construit sur des échanges constants entre céramique et peinture. Ses compositions se basent sur des modules géométriques et une gamme de couleurs primaires, pourtant très riche en nuance, suggérant le mouvement dans l’espace. Si la peinture et l’importante oeuvre graphique - lithographies, gravures ou sérigraphies - sont les expressions de valeurs intimes, la céramique murale joue un rôle social.

Manuel Cargaleiro accède à la commande publique, en France notamment par le Ministère de la Culture, au Portugal et en Italie ; l’artiste réalise, à Paris, des fresques pour la station du métro Champs-Elysées Clémenceau en 1995, il travaille également pour le Musée de Vietri. Il reçoit reconnaissance et honneur tant en France que dans son pays natal. En 2004, a lieu l’inauguration de la Fondation-Musée Manuel Cargaleiro, Musée de Vietri auquel l’artiste a fait don de très nombreuses oeuvres. Ce lieu est un centre important pour l’art de la céramique et les travaux de nombreux céramistes internationaux y sont présentés.
 
 
 
En 2019, 24 ans après sa première intervention pour la station du métro Champs-Elysées Clémenceau, il complète son œuvre avec cinq panneaux supplémentaires disposés dans les nouveaux espaces de la station.
 
Les espaces de transport parisiens, empruntés quotidiennement par 12 millions de personnes, sont un lieu unique pour permettre et faciliter la rencontre entre l’art et l’histoire.

Sans titre 25