Miró au Grand Palais, l'exposition événement
MIRÓ 3 octobre 2018 - 4 février 2019
Miró, l'exposition événement au Grand Palais

miro19-CB

Joan Miró (1893-1983) tient une place singulière dans l’histoire de l’art du 20e siècle. La rétrospective du Grand Palais permet de présenter son œuvre dans toute sa diversité. En effet, cet artiste catalan a su développer une approche originale tant dans le domaine de la peinture que de la céramique et de la sculpture. De sa terre natale à Paris, au cœur d’une époque tourmentée, le peintre réinterprète la réalité librement. Contemporain de Picasso (1881-1973), de Matisse (1869-1954), du surréalisme, il ouvre une voie artistique autonome et invente un univers coloré et poétique. Les œuvres, exposées selon un parcours chronologique, retracent l’itinéraire de cet artiste hors-norme, au regard généreux posé sur le monde.
Réunissant près de 150 œuvres dont certaines inédites en France et couvrant 70 ans de création, cette rétrospective retrace l’évolution technique et stylistique de l’artiste.
Miró crée à partir de ses rêves et nous ouvre les portes de son univers poétique.  Il transforme ainsi le monde avec une apparente simplicité de moyens, qu’il s’agisse d’un signe, d’une trace de doigt ou de celle de l’eau sur le papier, d’un trait apparemment fragile sur la toile, d’un trait sur la terre qu’il marie avec le feu, d’un objet insignifiant assemblé à un autre objet.
Miró fait surgir de ces rapprochements étonnants et de ces mariages insolites un univers constellés de métamorphoses poétiques qui vient réenchanter notre monde.
"Pour moi, un tableau doit être comme des étincelles. Il faut qu’il éblouisse comme la beauté d’une femme ou d’un poème".

Le Grand Palais consacre une rétrospective au grand maître catalan Joan Miró du 3 octobre 2018 au 4 février 2019. Une exposition qui se concentre sur les périodes charnières de l'artiste, du mouvement fauve au surréalisme, en passant par le cubisme ou le mouvement détailliste.
Joan Miró à l’honneur ! Une rétrospective qui se concentre sur les périodes charnières de l’artiste, à travers la présentation de plus de 150 œuvres en provenance des grands musées européens et américains, ainsi que de collections privées. Ni abstrait, ni figuratif, son art est devenu au fil des années un véritable langage, et n'a eu de cesse de se développer.


Une scénographie travaillée pour les espaces du Grand Palais mettant en avant les œuvres majeures du peintre, et rappelant l’univers méditerranéen de Miró. Peintures, dessins, céramiques, sculptures… Autant de supports qui proposent de découvrir ou de redécouvrir l’artiste et son travail des plus particuliers autour de « cet itinéraire marqué de renouvellements incessants ».
L’exposition débute avec les périodes fauve, cubiste et détailliste pour se poursuivre avec l’époque surréaliste « où Miró invente un monde poétique, inconnu jusqu’alors dans la peinture du XXe siècle ». L’idée derrière ce parcours ? Mettre en évidence « les questionnements de l’artiste, ses recherches ainsi que sa palette de couleurs toujours au service d’un vocabulaire de formes inusitées et nouvelles ». Les dernières salles se concentrent sur les 25 dernières années de l’artiste, à l’époque où Miró vivait à Majorque et créait des œuvres plus grandes, donnant « une ampleur à un geste toujours aussi méticuleusement précis ».