TIM WALKER

 

TIM WALKER



Tim Walker est le photographe que tous les lecteurs de Vogue apprécient.
Ce garçon a le don de transformer des séries pour Vogue en contes et les topsmodels en fées. Tim Walker insiste bien, rien dans ses photographies n'est le fruit de ces montages sophistiqués qu'autorisent le numérique. Les chats rose et verts, les voitures en laine tricotée, l'arbre qui pousse au milieu d'une chambre à coucher, « tout est réel ! ».
Il est né en Angleterre en 1970, intéressé par la photographie, il travaille à la bibliothèque de l’école Condé Nast à Londres  avec Cecil Beaton aux archives pendant un an avant de commencer ses études. Après 3 ans d’études à l’Exter College of Art, il est diplômé d’un Bachelor en photographie, il obtient le troisième prix  du jeune photographe indépendant de l’année.
En 1994, Tim Walker a travaillé en freelance en tant assistant photographe à Londres avant de s’installer à New York en tant que assistant photographe pour Richard Avedon. Lorsqu’il retourne en Angleterre, il se consacre principalement à un travail de portrait et de documentaire pour le journal anglais. A l’âge de 25 ans, il fait ses premières photos pour les Vogues anglais, italien et américain ainsi que le W.Magazine et Love Magazine.
Tim a organisé sa première exposition Design Museum de Londres en 2008.
En 2010, il réalise son premier court métrage « The Lost Explorer »  qui est présenté au Locarno Film Festival en Suisse et gagne au le prix du meilleur court métrage au festival du film à Chicago en 2011.


En 2012, il fait une exposition photographie de son livre « Story Teller » à Somerset House à Londres. Dans une collaboration avec Lawrence Mynott et Kit Hesketh-Harvey, il publie « The Granny Alphabet », une collection unique de portrait et illustrations pour célébrés la fêtes des grands-mères.

 

TIM WALKER1