Imprimé printemps-été 2020

Si les imprimés graphiques ont été de tous les défilés, il en est un qui nous a particulièrement tapé dans l’œil. Vu sur les podiums Michael Kors Collection , Balmain, Carolina Herrera et Sacai, le pois noir et blanc s’est installé partout. Tailleurs, robes, pantalons… à chacun sa version.
A Pois
Dans une saison qui déconstruit ses classiques, ils sont au garde à vous. Blanc sur fond noir, leur motif hypnotique varie les échelles selon l'humeur. Petits et virevoltants, ils incarnent un chic venu du Sud, à adopter sur des costumes griffés Haider Ackermann ou des robes du soir à l'esprit flamenco. Mais les créateurs n'hésitent pas non plus à jouer avec leur échelle sur une même silhouette comme Sacai qui superpose des feuilletés de pois sur des robes en mousseline et surtout Dries Van Noten qui a collaboré cette saison avec l'un de ses maîtres incontestés : Christian Lacroix. Grand jupon de gitane à volant à porter sur un jean blanc, manteau minimaliste à motif géant : un pois c'est tout !  

Sacai, Haider Ackermann, Dries Van Noten
La fleur de l'artisanat
Des herbiers comme pressés sur des tissus, des torrents de Liberty bucolique, des effets de dentelles végétales et autres formes en 3D évoquant des corolles...Dans la mode les fleurs sont tout sauf éphémères. Pour le printemps prochain, elles s'infiltrent partout dans un esprit artisanal : peintes à la main sur des manteaux en cuir chez Miu Miu, imprimée comme sur les lithographies de Mucha chez Louis Vuitton qui célèbre le génie parisien de la Belle Epoque et de ses expositions universelles. Les années 70 où on les a vu s'épanouir sur le terrain d'un retour à la terre et au do it yourself leur donnent également les couleurs de la liberté et des expérimentations de matières sans tabous. A l'image du défilé Paco Rabanne : guipure, mesh métallique, lurex, de jour comme de soir, on les cueille par bouquet.  

Miu Miu, Louis Vuitton, Paco Rabbane

imprim2020-CB

Galaxie
De la rêverie astrologique présente sur les podiums cette saison, on retiendra trois exemples : une Parisienne Chanel en virée nocturne sur les toits de la ville, des imprimés rêve/rave façon Camden Town chez Christopher Kane et une réinterprétation du drapeau chez Michael Kors qui célèbre les symboles d’une Amérique unie et ouverte.
De gauche à droite : Chanel, Christopher Kane, Michael Kors

L'imprimé léopard
On se demande si la tendance va finir par lasser tant elle semble bien implantée. Depuis qu’il est revenu dans les bonnes grâces des créateurs, l’imprimé léopard reste toujours aussi tendance ! En robe de jour ou de soirée, sur un manteau ou des accessoires, c’est simple le léopard est partout !
Etro, Zadig & Voltaire, Dolce & Gabbana, Dries Van Noten

Les motifs naïfs
À l’heure où la collapsologie gagne du terrain, nombreux sont les designers qui cèdent à la nostalgie et choisissent d’explorer le monde de l’enfance, une période qui se veut rassurante et à la fois synonyme d’innocence et d’insouciance. Cette approche s’est matérialisée au travers de l’apparition d’un grand nombre d’imprimés naïfs. Chez Marni, après avoir habillé ses créations masculines pour l’hiver 2019 de personnages tirés du dessin animé italien Allegro non Troppo, Francesco Risso ornait ses silhouettes composées à l’aide de matériaux recyclés de motifs fleuris ultra-colorés qui semblaient avoir été peints par la main d’un enfant, que l’on retrouvait tricotés sur des robes-filets. Chez Moschino, Jeremy Scott s’inspirait quant à lui des œuvres de Pablo Picasso pour composer des silhouettes ludiques et sculpturales, peinturlurées de fleurs, d’arabesques et autres motifs abstraits que l’on retrouvait sous une autre forme, en mix and match, sur de longues robes vaporeuses chez Missoni. Pour sa deuxième collection pour la maison vénitienne Bottega Veneta, le philophile Daniel Lee imposait sa marque avec une collection qui faisait une nouvelle fois la part belle au tissage intrecciato, et où ne figurait qu’un seul et unique imprimé représentant un singe contemplant avec envie un ananas. Enfin, chez GCDS et Iceberg, Bisounours et autres personnages des Looney Tunes tels que Bugs Bunny amenaient de la joie sur des pièces faussement candides, telles que des bikinis en crochet à leur effigie.

De gauche à droite : Marni été 2020, Bottega Veneta été 2020, Moschino été 2020, Missoni été 2020.