Pablo Picasso

Le Musée Picasso consacre une très belle exposition aux Tableaux Magiques de Picasso du 1er octobre 2019 au 23 février 2020. Ces tableaux magiques, qui ont été réalisés entre l’été 1926 et le printemps 1930, sont des portraits inspirés de l'art extra-occidental et signent les prémices du cubisme !

Le musée Picasso relève le défi avec sa nouvelle exposition. A travers une collection d’œuvres réalisées entre l’été 1926 et le printemps 1930, vous pourrez découvrir les prémices de Guernica, un ensemble de tableaux qui attise la curiosité tant il rappelle le courant surréaliste, foisonnant de formes étranges et énigmatiques. Un vaste ensemble de peintures que le critique d’art Christian Zervos nomma à l’époque « tableaux magiques ». De quoi donner l’envie à certains de se faire accompagner d’un psychanalyste pour décoder le mystère Picasso lors de leur visite. Mais sans aller jusque-là, laissez-vous guider par vos émotions et suivez le regard des femmes de cette exposition. Car il est bien impossible d’évoquer Picasso sans citer Olga, Marie-Thérèse Walter ou Dora Maar… Lui-même ne démentirait pas puisqu’il confessait « Pour mon malheur, et ma joie peut-être, je place les choses selon mes amours ». De la Femme dans un fauteuil à La Demoiselle en passant par la Dormeuse, ses muses occupent une place prédominante, à la représentation mystérieuse et tout du moins fascinante.



Les années 1926-1936 : une période charnière et révolutionnaire
De Picasso, on retient surtout Les Demoiselles d’Avignon qui signèrent l’avènement de l’art moderne en 1907 ou encore le célèbre Guernica de 1936, œuvre ayant cristallisé la guerre civile en Espagne. Mais que savez-vous de l’avant Guernica au juste? Cette période bien moins exploitée mérite pourtant un éclairage.
Une crise existentielle
Les années 20 touchent à leur fin et le virtuose du pinceau est déjà bien connu. Or, pendant cette période, Picasso va connaître de vrais chamboulements personnels qui entraîneront avec eux une profonde remise en question. L’artiste – qui a un peu pris la grosse tête  – reproche à ses propres œuvres de  manquer cruellement de fantaisie et de créativité. L’heure est donc à la rétrospection. Mais au fait que s’est-il passé pour que le génie à l’égo inébranlable en arrive là?
L’amour, toujours l’amour…! Picasso se lasse d’Olga qu’il ne supporte plus et prend en horreur la vie mondaine. Le 8 janvier 1927, il rencontre une jeune fille dont il fait la connaissance boulevard Haussmann : Marie-Thérèse Walter. Elle n’a que 17 ans mais deviendra sa muse... et sa maîtresse, pendant une dizaine d’années. Nous sommes en 1935, Olga ne veut pas se séparer de son mari et refuse le divorce pendant que Marie-Thérèse tombe enceinte.
Une révolution artistique
Sa peinture devient plus incisive voire violente et très colorée. Rouge, orange et vert cohabitent tour à tour dans ses toiles. Le style de Picasso change considérablement au point qu’on le fera entrer dans la catégorie du Surréalisme. Ce dernier a pourtant toujours clamé sa non-appartenance à ce mouvement, et de façon générale, à tous les autres.
Années érotiques
Bien que tourmentée, il faut dire que sa liaison avec Marie-Thérèse Walter a plus que nourri sa créativité. Les toiles de Picasso sont fougueuses et chargées de sensualité, pour ne pas dire de sexualité. On pense notamment à la peinture Figure, dont les formes laissent deviner la chevelure du modèle et un regard accrocheur. Sans doute celui de sa maîtresse.
MUSÉE PICASSO
5, rue de Thorigny, 75003 Paris

Ouvert
Du mardi au vendredi de 10:30 à 18:00
Du samedi au dimanche de 9:30 à 18:00
Fermé
Le lundi de 9:00 à 18:00

TARIFS
Billets expositions temporaires
Plein : 14 €
Réduit : 11 €

Gratuit :
- 26 ans
Demandeurs d'emploi
Personnes en situation de handicap & leur accompagnateur

cb