Les Nabis et le décor, l'exposition au Musée du Luxembourg
 
L'Art moderne est né au cœur du XIX -ème siècle tout d'abord par les Impressionnistes qui bouleversèrent la peinture académique des maîtres de la Renaissance. Et particulièrement l'audace de certains comme Manet, Van Gogh, Cézanne, Degas, Renoir, Monet.
Cependant certains jeunes peintres encore plus rebelles et inventeurs voulurent éclater complètement les règles et se libérer du réel comme Gauguin qui ouvrit la porte du futur avec " l'Art est une abstraction "ou "L'Art du tout oser" et " Le mouvement nabi" postimpressionniste d'avant-garde, né à la fin du XIX -ème siècle et le début du XX -ème siècle.
Les « Nabis » est le nom que se sont donnés les jeunes peintres qui se regroupent autour de Paul Sérusier vers 1888.
Le terme Nabi, ou nebiim signifie en hébreu, dans un sens actif « orateur » ou « annonciateur », ou dans un sens passif « celui qui est ravi dans une extase » ou « appelé par l'esprit ».
En occident Nabi a été traduit par « prophète », « illuminé » ou encore « celui qui reçoit les paroles de l'au-delà », « l'inspiré de Dieu ». Bref comme un initié qui "voit" ce que l'homme ne voit pas , et veut "réveiller" le monde et affirmer " la Spiritualité" dans L'Art .
Leur conviction est que : "le sens et la tâche de tous les efforts artistiques est la libération de l'essence spirituelle des formes et des couleurs et la rupture des liens qui nous emprisonnent dans le monde des objets "
Dans le mouvement Nabi il y a du Fauve, de l’Expressionniste, du Surréaliste, du Cubiste, du Tachiste et de l’Abstrait.
Mais les" Nabis" ne constituaient pas un vrai mouvement ni une école, ils restèrent des individus bien séparés et finirent par faire chacun leur propre chemin artistique.

Sans titre 7

Un mouvement qui casse les codes de la peinture... C'est ce que propose le Musée du Luxembourg à travers une exposition autour de l'art nabi, intitulée Les Nabis et le décor, du 13 mars au 30 juin 2019. Une rétrospective - la première en France - se concentrant sur ce courant artistique postimpressionniste d'avant-garde abattant "la frontière entre beaux-arts et arts appliqués".
Une exposition qui se concentre sur la question du décoratif comme "principe fondamental de l'unité de la création", dans un courant global de renouveau par les nabis, l'idée étant née en Angleterre pour ensuite s'étendre sur l'Espagne avec le modernisme catalan et progressivement dans toute l'Europe. Une "expérience spécifique d'art total" prenant sa source sur "un dialogue entre les artistes et une admiration commune pour l'art du Japon".
Estampes, tapisserie, paravent, vitrail, papier peint... autant de supports permettant l'élargissement de "leurs expériences techniques" dans le domaine de la peinture et de mettre au point "une nouvelle grammaire stylistique" aux lignes souples, ondulantes, aux couleurs vives et à la perspective sans profondeur. Et des artistes qui se sont imposés comme de véritables pionniers du genre, à l'image de Vuillard, Bonnard, Ranson, Maurice Denis ou encore Sérusier, pour un art qui introduit le Beau au quotidien dans les foyers. L'exposition retrace l'histoire de ce mouvement et propose un regard neuf sur l'art mobilier de l'époque.
 
Véritables pionniers du décor moderne, Bonnard, Vuillard, Maurice Denis, Sérusier, Ranson, ont défendu un art en lien direct avec la vie, permettant d’introduire le Beau dans le quotidien. Dès la formation du groupe, à la fin des années 1880, la question du décoratif s’impose comme un principe fondamental de l’unité de la création. Ils prônent alors une expression originale, joyeuse et rythmée, en réaction contre l’esthétique du pastiche qui est en vogue à l'époque.
Cette exposition est la première en France consacrée à l’art décoratif et ornemental des Nabis. Il s’agit pourtant d’un domaine essentiel pour ces artistes qui voulaient abattre la frontière entre beaux-arts et arts appliqués.
Le parcours montre une sélection représentative de leurs œuvres, qui se distinguent par des formes simplifiées, des lignes souples, des motifs sans modelé, influencées par l’art japonais. Réunissant une centaine de peintures, dessins, estampes et objets d’art, elle permet de montrer des ensembles décoratifs aujourd’hui dispersés.

Cette exposition est organisée par la Réunion des musées nationaux - Grand Palais, le musée d’Orsay et le Centre d’études des nabis et du symbolisme à Paris.
Horaires d'ouverture
Du 13 mars au 30 juin 2019
ouvert tous les jours de 10h30 à 19h et nocturne tous les lundis jusqu’à 22h
fermé le 1er mai