Jean Francois Billeter
Les « notes » et la réflexion sur le deuil
 
Jean Francois Billeter est un sinologue suisse, fils de militaire né en 1939.  C’est en 1963 qu’il part pour la Chine, pour ses études. C’est là-bas, qu’il rencontre Wen, un médecin durant une soirée dansante et qui l’invite à manger au restaurant. Il l’épousera par la suite. Après 48ans de vie commune Wen meurt en 2012, à l’age de 72ans d’une hémorragie cérébrale. Jean François Billeter se sent alors retomber dans la solitude qu’il connaissait avant de la rencontrer. Sa perte fut si brutale qu’il compare cette période à un véritable séisme, il est « submergé » pendant cette « période agitée » qui suit la perte de sa bien aimée.
Il commence alors en 2013 à prendre des notes,qu’il prendra jusqu’en 2017 il a « l’idée que ces notes, ou du moins une partie d’entre elles, pourraient servir à montrer de quoi nous sommes faits ». Car ses observations «ne touchent ni ma personne, ni celle de Wen en particulier. De tels bouleversements sont riches en enseignements d’une portée plus grande » il observe par exemple que nous sommes faits d’avancer mais aussi de régression. Ce rassemblement de notes aura donc pour titre « Une autre Aurélia » en référence à l’ouvrage de Gerard de Narval « Aurélia ou le Rêve et la Vie »

Sans titre 12

Ces notations nous dépeignent une expérience qui n’a jamais été abordée de cette façon, car il aborde non seulement notre rapport à l’autre quand il est présent mais aussi et surtout quand il n’est plus là. « La disparition de l’être aimé nous apprend "de quoi nous sommes faits. »
 Ce sont des observations sur le rôle que joue les émotions dans notre vie tel que l’imagination et la mémoire dans les circonstances de la perte, et sur les "opérations salvatrices" qui créent un nouvel équilibre.
Cet ouvrage est donc un ouvrage inclassable et ou la réflexion et l’observation sont très liées.