Miquela,
L’influenceuse virtuelle
 
Miquela Sousa, 20ans est une influenceuse de Los Angeles d’origine Brésilienne, Espagnol et Américaine. Des grands yeux bruns, des tâches de rousseurs et une frange coupée courte. "Elle a le visage des nouvelles beautés d'aujourd'hui, celles qu'on voit sur les podiums ou sur le papier glacé des magazines. Une beauté atypique, métisse et foncièrement différente", résume Grégory Casper, expert en marketing digital.
De plus on peut l’entendre sur son compte Spotify qui comptabilise déjà trois morceaux pousser la chansonnette.
Elle fait partie de ces influenceurs 2.0 oui car Miquela n’est pas réelle, celle qui comptabilise aujourd’hui plus d’un million d’abonnés n’est que le résultat d’une IA, ou Intelligence Artificielle. Elle pose habillée par de grandes marques :  Chanel, Kenzo… Elle est représentée avec ses amis (bien réels) menant une vie d’influenceuse, faisant la fête et se mêlant à de grandes stars.
Miquela devient aussi égérie de Path McGrath au début 2018 succédant à Naomie Campbell et Hayley Baldwin.
Ce n’est pas la première fois par ailleurs que des grandes marques s’interessent à des personnages virtuels, en 2015 Louis Vuitton s’inspire de Lightnight, un personnage emblématique du jeu vidéo Final Fantasy pour sa collection printemps/été et l’utilise pour une campagne de publicité. De même, à noter qu’en 2013, Marc Jacobs dessina les costumes de scène d’Hatsune Miko, une chanteuse 2.0 au Japon.
Lil Miquela fait donc partie de cette vague d’influenceurs virtuels comme aujourd’hui Shudu une mannequin virtuelle devenue égérie de Fenty Beauty, Blawko22 ou Nfon.obong.
 
@ShuduGram

Ayant longtemps gardé le mystère autour d’elle, vraie, fausse, son créateur, on ne savait pas grand-chose de cette nouvelle influenceuse débarquée dans le monde il y a deux ans. Mais depuis fin avril on sait de source sûre que Miquela n’est pas réelle. C’est un fait, après une dispute virtuelle avec Bermuda, (@bermudaisbae) une autre IA pro-Trump graphiquement moins développée qui elle, assume totalement son côté virtuel et lutte pour les droits des intelligences artificielles, qui pirata son compte. Miquela révèle donc sa vraie nature après l’ultimatum de Bermuda et nous donne même le nom de son créateur : Brud une société de Los Angeles qui se présente comme spécialiste dans le domaine de l’intelligence artificielle dirigée par DJ Yung Skeeter.
Avatars hyperréalistes, ils deviennent donc des superstars à part entière, un nouveau genre de mannequins ou d’influenceurs, ils sont devenus un phénomène à la mode aujourd’hui.

miquela18-CB