jeremy-scott-adidas-montre-smart-lunettes-lady-gaga-11

Né en 1976 aux USA, à peine trois mois après avoir obtenu son diplôme de la prestigieuse Pratt University de Brooklyn (USA), Jeremy Scott décide de s'installer en France.

Immédiatement, il est remarqué pour son look particulier. Il reçoit de nombreuses invitations de toutes parts et est même photographié, pour sa coupe de cheveux hybride entre la crête iroquoise et la crinière d'un mulet, par un collaborateur de Gaultier.

Malgré ses nombreux contacts et comme il n'a toujours pas trouvé de logement, Jeremy Scott  songe sérieusement à retourner aux USA. Heureusement, à peine quelques jours avant de concrétiser ce projet, il rencontre une personne qui l'aide à trouver un appartement. A partir de ce moment-là, les événements s'enchaînent.

C'est en effet après ce revirement de situation inespéré que Jeremy Scott lance, en 1997, sa marque éponyme en France. Des vêtements avant tout anticonformistes.
Il réussit à décrocher une bourse de l'Association Nationale pour le Développement des Arts de la Mode qui lui permet de financer la création de sa collection. Pour la présenter, il sera le premier à avoir fait appel au mannequin Devon Aoki . La même année il remporte deux des prix Venus de la Mode mettant en avant les futurs tops designers.

En 1999, sa réputation de "bad boy" fait s'interroger le London Evening Standard : " Est-ce que Jeremy Scott est un enfant terrible, qui secoue notre façon de nous habiller, ou est-il tout simplement terrible ?".
Ses déclarations grandes gueules où il qualifie John Galliano de "stagnant et plus", étiquetant Ann Demeulemeester comme "juste une autre Donna Karan ... complètement ennuyeuse"... et accusant Olivier Theyskens d'être "trop au-dessus du cul d'Alexander McQueen "... Ouch !!! Il peut toutefois compter sur le soutien de Karl Lagerfeld.

scott