Tout le monde a un chignon bun.

C’est le boom du bun, et tout le monde en veut un. Non, pas le petit pain avec lequel je prépare mes hamburgers maison. Ni le bo bun, le plat vietnamien que je mange quand j’en ai assez des sandwichs et des pizzas.
Je veux un beau bun, cet irrésistible chignon haut placé qui a poussé sur toutes les têtes des filles depuis quelques mois. Pour une fois la it-coiffure de la saison va à tout le monde, des stars aux filles de la rue, et ne nécessite pas un master en brushing.
En principe.

  • Chacune cherche son bun10479959_321600278000945_970360379145282224_n

1) Si le bun plaît autant, c’est qu’il vous donne l’air cool et coiffée, que vous soyez tombée du lit ou sur le point  d’arriver à la soirée de l’année. 2) Il va à tout le monde. Il dégage le visage et donne tout de suite dix ans de moins, même si l’écueil consiste à éviter l’effet « J’ai 17 ans et je me rends à mon bal de prom’ dans ma robe meringue ». 3) Il s’adapte à la personnalité de chacune. Dis-moi quel est ton bun et je te dirai qui tu es…

  • Je veux me « bunifier »

 

Toute seule, devant le Photo Booth de l'ordi qui sert de miroir, je me lance. En lisant les articles sur le bun qui fleurissent un peu partout, il semblerait que c'est facile. Je ramène donc mes cheveux, mi-longs, en arrière, je les attache en queue-de-cheval très haut sur le sommet du crâne. Puis je prends la grosse mèche ainsi formée et je tournicote autour pour former un chignon.

 

  • Je teste les « tuto »

Je vais voir les « tutorials » sur internet. Je tombe sur la vidéo d’une fille serviable qui se lisse les mèches en accéléré avec la concentration d’une championne de haut niveau. Elle essaie de dédramatiser la chose en répétant que « le bun, c’est facile » mais est-ce parce qu’elle n’est pas toujours dans le champ de la caméra, j’ai l’impression qu’il me manque une étape entre « brossez-vous les cheveux en baissant la tête en avant » et « hop, voilà c’est facile, votre bun est prêt ! ».

10479959_321600278000945_970360379145282224_n